Le Canard Déchaîné n°7 : Tomm’Pousse ferme, le programme scolaire évolue, et autres actualités

Cette semaine, on a publié une interview exclusive de Joaquin Phoenix, qui expliquait qu’il était important de parler des problèmes environnementaux et de bien-être animal aux enfants.

Il parlait aussi du nombre grandissant de documentaires abordant ces sujets.

Et vous allez voir que ce numéro du Canard Déchaîné illustre bien tout ça !

La durabilité intégrée au programme scolaire

Aux États-Unis, Impossible Foods, en partenariat avec l’association éducative à but non lucratif « Beyond Benign », a créé « Plate to Planet » (de l’assiette à la planète).

Le programme s’articule autour d’une question essentielle :

Comment nourrir durablement 9 milliards de personnes d’ici 2030 ?

L’objectif est de faire prendre conscience aux enfants, dès leur plus jeune âge, des questions d’environnement et de durabilité de notre époque. Le programme, qui se veut amusant et engageant, a été testé par un groupe d’enseignants pendant l’année scolaire 2021-2022.

Grâce à Impossible Foods, ils peuvent également manger des produits gourmands faits à base de plantes, afin de dédiaboliser les protéines alternatives.

Alors, selon vous : Simple coup marketing ou réelle volonté de faire évoluer les consciences ?

D’autres initiatives voient le jour régulièrement afin d’éduquer le plus grand nombre au sujet des problèmes climatiques. C’est le cas notamment de ce nouveau documentaire, prévu pour la fin de l’année.

Je ne pourrais jamais devenir vegan

Cette phrase fréquemment entendue lorsque l’on parle de véganisme sera le titre d’un nouveau documentaire, annoncé pour Décembre 2022.

Ce film traitera de tous les arguments contre le véganisme :

  • « les vegans sont carencés »
  • « l’Homme est conçu pour manger de la viande »
  • « manger vegan, ça coûte trop cher »
  • etc…

Bref, vous voyez le topo ?

Un film qui va donc être intéressant à montrer à tout ceux qui essaient de vous persuader que c’est bien de manger des animaux !

Vous pouvez vous abonner à leur chaîne YouTube afin d’être notifié dès qu’il y aura du nouveau.

Astuce

Vous pouvez aussi vous abonner à notre newsletter, on ne manquera pas de vous tenir au courant de sa sortie !

[sibwp_form id=3]

Le seul « problème » de ce genre de docu est qu’il est assez long et clairement orienté sur le véganisme. Vous aurez donc bien du mal à le faire visionner à quelqu’un qui n’est pas déjà sensible à cette cause.

En revanche, d’autres tentent des approches différentes et dans des formats bien plus courts, comme Milk.

Un nouveau court-métrage signé Earthling Ed

Si vous êtes déjà dans la cause animale depuis un bout de temps, vous connaissez probablement Earthling Ed.

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, je vous invite grandement à le découvrir, son travail est formidable.

Il nous revient en ce 1er novembre avec un nouveau court-métrage sur la production et la consommation du lait. Cette vidéo dure moins de 5 minutes, il est donc difficile de trouver l’excuse du : « j’ai pas le temps ».

Afin de minimiser la violence des images, montrer la réalité et que tout le monde puisse regarder cette vidéo, tout le film est en images de synthèses.

Espérons alors que ce court-métrage sera vu par le plus grand nombre afin de sensibiliser encore plus le grand public à cette exploitation.

L’industrie laitière ne fait de bien ni aux animaux, ni à la planète, ni à notre santé !

Par chance, nous avons le droit à une pléthore d’innovations en terme de fromages végétaux, comme nous le prouvent encore Vgarden et Brevel.

Une nouvelle protéine durable à base de micro-algue

Deux entreprises israëliennes se sont associées pour créer ce qu’ils pensent être « une vraie révolution pour les mangeurs de fromages qui sont vegans ou flexitariens ».

Vgarden, bien connue pour ses alternatives végétales au fromage, nous revient cette fois-ci en collaboration avec Brevel, un producteur de micro-algue.

Selon ces derniers, leur technologie est la première à combiner la fermentation à base de sucre avec une haute concentration en lumière.

C’est grâce à ce procédé qu’ils arriveraient à créer une protéine durable, sans goût et sans saveur, à des prix aussi bas que les protéines de soja ou de pois.

Des bonnes nouvelles donc, côté industriel, ce qui pourra augmenter les offres végétales dans les grandes surfaces et grosses chaînes de restauration.

En revanche, côté français, bio et plus petite échelle, les nouvelles sont beaucoup moins bonnes.

Tomm’Pousse ferme

Après 6 ans d’une aventure prometteuse, l’entreprise française et bio Tomm’Pousse doit mettre la clé sous la porte. Les créateurs, entre autre, du très connu et innovant CamemVert (premier fromage végétal français à croûte fleurie) doivent baisser le rideau.

Les soucis dans la chaîne de production, mais surtout la conjoncture économique, et plus précisément le manque de soutien pour les produits bio, auront eu raison de leur activité.

Merci à tout ceux qui font un pas vers le végétal et qui achètent des « vromages », mais s’il vous plaît :

Important

Tentez au maximum d’acheter dans des épiceries vegans, magasins bio et autres petits producteurs. Soutenez les entreprises françaises !

Avec chaque achat de ce type, vous envoyez un signal comme quoi les modes de production, de distribution et d’exploitation doivent changer.

C’est de cette façon que l’on avancera dans le bon sens pour le climat, la santé et le bien-être animal. La preuve en est avec cette triste (et pourtant fréquente) nouvelle alerte lancée contre des producteurs de poulets.

Une nouvelle alerte lancée sur les fournisseurs de Lidl

Une enquête a révélé des conditions d’élevage horribles chez des producteurs de poulets allemands, fournissant Lidl.

Bien que les conditions d’élevages soient déplorables (cannibalisme, cadavres en décomposition, etc.), ce qui est choquant ici c’est surtout les animaux en eux-mêmes.

Ces poulets sont surnommés « Frankenchickens » en référence à Frankenstein

La Humane League UK demande donc à Lidl de signer le BCC (Better Chicken Commitment) : un engagement à respecter des critères d’élevage et d’abattage liés à l’amélioration du bien-être animal d’ici 2026.

La façon dont les poulets peinent à marcher, leurs poitrines anormalement développées – ce sont toutes les caractéristiques d’une croissance rapide.

Le fait que Lidl vende ces Frankenchickens démontre qu’il cautionne de cette cruauté.

Claire Williams, Campaigns Manager chez The Humane League UK

Le chiffre choc : 90%

Bien que cet élevage et Lidl fassent la une en ce moment, ils sont loin d’être les seuls à utiliser ces races de poulet.

En Grande-Bretagne, par exemple, environ 90% du milliard de poulets abattus sont des Frankenchickens.

Pour se rendre compte un peu mieux, il faut savoir que pour maximiser la rentabilité, les poulets de cette race (bien évidemment issus d’une sélection) atteindront le poids requis pour aller à l’abattoir au bout de 35 jours.

Transposé à l’humain, c’est comme si nous mettions au monde des enfants qui atteindraient la taille d’un tigre en seulement 8 mois.

Quand arrêtera-t-on le massacre ?! Probablement pas tout de suite, même si les choses évoluent, notamment pour les requins.

Bientôt la fin du commerce d’ailerons de requins ?

Bien que cette pratique soit illégale en Europe, un rapport publié au début de l’année a révélé que les pays de l’UE étaient responsables de la moitié du commerce d’ailerons de requins en Asie. En effet, les pays sont autorisés à vendre des requins entiers, sauf pour un nombre limité d’espèces.

L’ONG Sea Shepherd a lancé une campagne visant à mettre fin au commerce d’ailerons de requins dans l’UE.

Mais pour que la Commission Européenne accepte d’étudier les actions à mener sur une campagne, il est nécessaire que celle-ci regroupe 1 million de signature.

La campagne de Sea Shepherd a obtenu 1 119 999 votes !!!

À noter que pour obtenir un tel chiffre, c’est environ 1 européen sur 400 qui doit signer la campagne. Ce qui signifie que parmi tous nos lecteurs, il y en a forcément qui ont voté pour l’arrêt de cette pratique barbare.

Alors à vous tous, on tenait à vous adresser

Un grand MERCI !

Article Rédigé par
Ancien adepte des apéros au saucisson, des planches de charcuterie et de fromage, je n'aurais jamais imaginé devenir vegan un jour ! C'est grâce à Marion et son inépuisable imagination ... Lire la biographie complète

Laisser un commentaire