Labels Cruelty Free / Vegan : comprendre les différences pour bien choisir

Quand on souhaite consommer de manière plus éthique, on peut être amené à éplucher la composition des produits qui se trouvent dans nos placards.

Soucieux du bien-être animal, vous voulez vous assurer qu’ils n’ont pas été testés sur des animaux. Vous aimeriez d’ailleurs vous tourner vers des cosmétiques et produits ménagers vegan et cruelty free, mais vous avez du mal à vous y retrouver.

Les logos ne sont pas toujours les mêmes et vous vous demandez ce qui se cache derrière. Ce shampoing sans cruauté l’est-il vraiment ? Cette lessive est-elle 100 % végétale ?

On vous explique tout ce que vous devez savoir sur les labels cruelty free et vegan.

tableau récapitulatif des principaux labels vegans et cruelty free
Tableau récapitulatif (pour ceux qui sont pressés ou déjà dans le magasin 🤪)

Labels vegan vs. labels cruelty free : quelles différences ?

Il n’est pas évident de faire la différence entre ces deux termes qui sont souvent associés l’un à l’autre. Pourtant, ils impliquent des définitions bien distinctes.

On vous aide à y voir plus clair !

Les labels vegan

Comme nous le rappelle l’association Vegan France, le terme « vegan » n’est pas réglementé. C’est-à-dire qu’une marque peut apposer cette mention sur sa marchandise sans avoir à respecter de conditions précises.

De façon générale, on entend par vegan, tout produit qui ne contient pas de substances d’origine animale.

Voici quelques exemples d’ingrédients non vegans que l’on retrouve souvent dans le maquillage ou les soins :

  • le lait (de vache, d’ânesse, etc.) ;
  • les œufs ;
  • le miel ou la cire d’abeille ;
  • le carmin (colorant rouge dit « naturel » issu des cochenilles) ;
  • la lanoline (sébum qui se trouve sur la laine de mouton) ;
  • la kératine (protéine présente notamment sur les sabots ou les plumes) ;
  • les huiles et graisses animales ;
  • etc.

Face à ce flou juridique, des ONG ont créé des labels pour permettre aux consommateurs de savoir exactement ce qu’ils achètent.

Un label vegan atteste que le produit est sans aucun ingrédient d’origine animale. La plupart du temps, il garantit également l’absence de tests sur les animaux. La certification se traduit sous forme de logo que vous pourrez retrouver sur vos produits cosmétiques et ménagers, alimentaires, ou encore vos vêtements.

Attention aux mentions trompeuses

Méfiez-vous des marques qui énoncent ces garanties sans certification officielle à l’appui.

Les labels cruelty free

Un produit cruelty free est certifié sans cruauté, c’est-à-dire non testé sur les animaux.

Un critère important quand on souhaite éviter de faire subir à une souris ou à un lapin des tests de toxicité souvent dangereux et douloureux (pour en savoir plus, rendez-vous chez Vegan pratique).

Rassurez-vous, depuis 2013, en France et dans toute l’Union européenne, l’expérimentation animale pour l’industrie cosmétique est interdite. Par définition, tous les articles de beauté que vous pouvez acheter sur le marché européen sont, en principe (on y revient juste après), exempts de souffrance animale.

La DGCCRF rappelle d’ailleurs qu’il est proscrit de mentionner « non testé sur les animaux » sur un produit, car c’est une évidence, puisque c’est la loi !

Dans ce cas, pourquoi voit-on fleurir de jolis logos cruelty free sur nos démaquillants ou soins capillaires ?

Les labels cruelty free vont en fait au-delà de ce qui est obligatoire. Ils offrent la garantie totale qu’il n’y a eu aucune expérimentation sur les animaux. Certains certifient également l’absence de tests sur des marchés étrangers tels que la Chine.

Vous aurez ainsi la certitude qu’aucun être vivant n’a souffert pour produire votre crème de jour préférée.

Attention aux confusions

Ce type de label ne promet en aucun cas qu’un article est vegan. Un baume à lèvres non testé sur les animaux peut ne pas être vegan s’il contient du miel, par exemple.

Tests sur les animaux : état des lieux en France et dans le monde

L’importance d’abolir les tests sur les animaux

Ces expériences sont loin d’être inoffensives et font endurer d’atroces souffrances aux animaux.

un beagle est allongé sur le côté et présente un flanc tondu avec une multitude de tests dermatologiques et des réactions cutanées
Ici, un beagle a subi des tests dermatologiques.

Les lapins sont souvent exploités pour des tests d’irritation cutanée ou oculaire. On maintient leurs paupières ouvertes de force pour appliquer des gouttes directement à l’intérieur de l’œil. Ils sont alors bloqués dans des cages de contention, sans pouvoir bouger ni se frotter les yeux.

Beaucoup deviennent aveugles à l’issue de ces opérations.

Ce court-métrage en stop-motion anthropomorphise l’un de ces lapins (très attachant) afin de sensibiliser un large public à la cruauté de ces tests.

Pour les non anglophones, les sous-titres auto-générés et traduits de YouTube sont très bien !

D’autres expérimentations consistent à faire inhaler ou ingérer des substances aux animaux. Les rats, souvent utilisés dans ce type de tests, sont maintenus immobiles pendant des heures et forcés à consommer des ingrédients parfois toxiques.

En plus des blessures subies, l’issue est rarement favorable pour eux. Certains sont tués une fois les expérimentations terminées. Il est primordial de mettre fin à ces tests qui sacrifient des animaux chaque jour.

Des technologies novatrices exemptes de souffrance animale existent aujourd’hui.

Il est possible par exemple de reproduire des cellules humaines en laboratoire.

Alors, pourquoi continuer à faire souffrir des êtres vivants ?

La réglementation européenne 

Dès 2004, l’Europe a pris des mesures en matière d’expérimentation et a interdit les tests sur les animaux pour les cosmétiques finis. Il aura fallu attendre 2009 pour que cette interdiction s’applique non seulement au produit fini, mais aussi aux ingrédients qui le composent.

Le règlement (UE) n° 655/2013 du 10 juillet 2013 viendra confirmer la mise en vigueur de cette décision dans tous les États membres de l’UE.

Bonne nouvelle

Ces restrictions concernent la fabrication, mais également la commercialisation sur le marché européen.

Ainsi, un pays qui ne respecterait pas ces exigences ne pourrait pas vendre sa marchandise sur notre territoire.

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a réaffirmé sa position le 21 septembre 2016 en rappelant que l’objectif de ce règlement est :

« d’assurer un niveau de protection élevé de la santé humaine tout en veillant au bien-être des animaux via l’interdiction des expérimentations animales. »

Restez vigilants

Cette réglementation ne s’applique qu’aux cosmétiques.

Les tests sur les animaux sont encore autorisés pour les produits d’entretien qu’on utilise au quotidien.

Pensez à jeter un œil sur les étiquettes pour vérifier la présence d’un label cruelty free et/ou vegan.

Vers une fin totale de l’expérimentation animale en Europe ?

Mais alors, en a-t-on vraiment fini avec les tests sur les animaux en France et en Europe ?

Malheureusement, non.

Comme pour toutes les règles, il y a des exceptions. Bien que l’expérimentation animale ne soit plus possible en cosmétologie, les autres domaines tels que l’agroalimentaire, l’industrie pharmaceutique ou chimique par exemple, ne sont pas soumis aux mêmes obligations :

Un composant « multi-usage », utilisé à la fois en cosmétique et en pharmacologie, pourrait faire l’objet de tests en laboratoire sur les animaux.

Sources : PETA France et Animal Testing

Pour ne rien simplifier, un autre texte vient en contradiction avec la réglementation de 2013 :

REACH c’est le règlement européen qui encadre l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des substances chimiques.

Afin de satisfaire à ses directives, une entreprise qui fabrique un produit avec un nouvel ingrédient doit prouver qu’il n’est pas nuisible. Ni pour l’environnement, ni pour la santé des travailleurs qui y sont exposés. Et ce, même si cela doit passer par des expériences sur les animaux…

Dans le reste du monde : des progrès à faire

Même si la situation n’est pas parfaite, on peut se réjouir des progrès accomplis depuis le début du siècle. À l’instar de l’Europe, l’Inde, l’Australie ou encore l’Israël ont également banni l’expérimentation sur les animaux en cosmétique.

Malheureusement, dans certains pays, la souffrance des animaux en laboratoire est toujours une réalité.

La Chine en est le plus flagrant exemple. En plus de ne pas être interdits, les tests sur les animaux sont même exigés pour pouvoir distribuer un produit sur le marché chinois.

Une marque qui vend du make up non testé sur les animaux en France peut très bien en parallèle payer des tests pour le commercialiser en Chine.

À noter tout de même que le pays tend depuis 2021 vers des pratiques moins radicales, mais le chemin est encore long.

Les principaux labels cruelty free et vegan

Il existe de nombreux labels qui n’offrent pas tous les mêmes garanties. D’après la Fondation Droit Animal, chacun propose ses conditions de certification et impose des contrôles différents. Les entreprises qui souhaitent bénéficier du label doivent satisfaire à ces exigences. 

On a sélectionné pour vous les principaux labels afin de vous aider à faire votre choix.

Si vous voyez l’un de ces logos sur un produit, vous pouvez y aller les yeux fermés !

Enfin, ouvrez-les quand même, c’est plus pratique.

Les 100 % non testés sur les animaux

Notre coup de coeur

logo du label de Peta Cruelty Free And Vegan
PETA Cruelty Free et Vegan

PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) nous offre un label garanti 100 % cruelty free et vegan.

C’est la certitude de ne pas se tromper !

Pour être certifiée, une marque doit prouver que ni elle ni ses fournisseurs ne conduisent des tests sur les animaux. Elle doit aussi justifier qu’elle n’utilise aucune substance d’origine animale.

Ces obligations s’appliquent pour les ingrédients, formulations et produits finis. Et ce, dans le monde entier.

Les autres labels 100 % cruelty free :

  • PETA Cruelty free ;
  • IHTK ;
  • Leaping Bunny ;
  • One Voice T.

Le saviez-vous ?

À l’exception d’IHTK, chacun de ces labels nous assure également qu’aucun test n’a été pratiqué dans des pays étrangers.

Les 100 % vegan

Notre coup de coeur

logo du label vegan français : EVE Vegan, Expertise Vegan Europe
EVE Vegan (Expertise Végane Europe)

C’est le seul organisme français de certification vegan.

Son label garantit qu’aucune matière première d’origine animale n’est présente, quel que soit le stade de fabrication. Cela s’applique aux produits, mais aussi aux conditionnements.

L’entreprise qui souhaite obtenir la certification doit également prouver qu’elle n’a pratiqué aucune expérimentation animale au cours des 7 dernières années.

Un label cruelty free, vegan et made in France : on aime !

Pour compléter, voici d’autres labels vegans :

  • Vegan Trademark ;
  • Vegan Action ;
  • Vegan OK.

On peut aussi citer le V Label ainsi que VegeCert. Néanmoins, ces deux logos certifient aussi bien des produits vegan que des produits végétariens. Pensez à vérifier que la mention « vegan » apparaît bien.

Bon à savoir

Tous les labels que nous avons listés ci-dessus interdisent également les tests sur les animaux (sauf VegeCert qui ne le spécifie pas).

Liste des labels cruelty free et vegan

Afin de mieux vous y retrouver parmi tous les labels, nous avons compilé ces informations dans un tableau :

100% Vegan100% Cruelty Free
EVE Vegan✔️✔️
PETA Cruelty Free and Vegan✔️✔️
Vegan Trademark✔️✔️
Vegan Action✔️✔️
Vegan Ok✔️✔️
PETA Cruelty Free ✔️
IHTK✔️
Leaping Bunny✔️
One Voice T.✔️
V Label✔️
VegeCert

Beauty without bunnies : la base de données cruelty free de PETA

En plus de son label, PETA nous propose un outil qui répertorie les entreprises qui vendent des produits non testés sur les animaux.

En un clic, vous pouvez voir si votre parfum ou votre mascara est vraiment respectueux de nos amis les bêtes.

sur le site Beauty Without Bunnies de PETA, un lapin signifie une entreprise cruelty free et une plante signifie une entreprise vegan
Le site est en anglais, mais des pictogrammes vous permettent de comprendre facilement les engagements de la marque.

Si une entreprise n’apparaît pas dans la liste, pas de panique ! Seules celles qui en ont fait la demande sont référencées dans l’annuaire de PETA (qui comptabilise déjà plus de 6000 entreprises). Il se peut que certaines n’y figurent pas encore.

C’est en tout cas un bon allié pour trouver des marques cruelty free et vegan !

Conclusion

On sait qu’il est difficile de trouver le produit parfait, cruelty free, vegan et au meilleur prix.

Le plus important (comme on dit souvent dans notre newsletter) reste de s’informer et de faire du mieux qu’on peut.

visuel d'inscription à Planète Vegan avec le texte :

Ça vous plairait
de recevoir

  • des recettes et conseils qui déchirent
  • des actus incontournables
  • des confidences de vegans imparfaits

Pensez également aux alternatives naturelles ! Vous avez de l’huile d’olive, du beurre de coco ou de la spiruline dans vos placards ? Ne cherchez pas plus loin ! La spiruline est un puissant antioxydant pour la peau et un allié précieux pour la pousse des cheveux. Quant aux graines de lin, vous pouvez les utiliser en gel pour hydrater les cheveux bouclés.

N’hésitez pas à partager cet article pour sensibiliser vos proches aux produits cruelty free et vegan !

Sources

Vegan France : Certification Vegan
Vegan Pratique : Cosmétiques et produits non testés sur les animaux
DGCCRF : Ne vous fiez pas à l’allégation non testé sur les animaux
Journal Officiel de l’Union Européenne : Règlement (CE) n° 1223/2009 de la commission du 30 novembre 2009
Journal Officiel de l’Union Européenne : Règlement (UE) n° 655/2013 de la commission du 10 juillet 2013
Cours de justice de l’Union Européenne : Communiqué de presse n° 105/16 du 21 septembre 2016
PETA France : L’expérimentation animale pour les cosmétiques
Animal Testing : Cosmétiques encore testés sur les animaux
Ecologie.gouv.fr : Réglementation REACH
Fondation Droit Animal : La labellisation cruelty free et végane des produits cosmétiques
vegan-labels.info : Détails sur plusieurs labels vegans
PETA : Base de données des produits vegans

Avatar for Marion
Article Rédigé par
Végétarienne depuis 2012, j'ai décidé de devenir vegan en 2020. J'ai donc adapté mon répertoire de recettes pour en retirer les produits d'origines animales. Au-delà du bien-être animal, je m'intéresse aussi à mon propre bien-être en me ... Lire la biographie complète

Laisser un commentaire